Hello mes Chers !!

Un p'tit tour à Bayeux en passant par l'Angleterre, cela vous dit pour commencer la journée ? Une escale dans les îles anglo-normandes n'est pas à exclure,... Si vous êtes sages, bien sûr ;) 

Intrigue à l'anglaise, à Versailles, à Venise,... Combien de fois mon regard a été attiré par ces titres lorsque je errais parmi les rayonnages de la bibli ?! Puis est entré dans ma vie la blogo-littéraire et ses tentantes chroniques : le piège de ce petit monde fort sympathique est que, bien souvent, même les billets déçus ou mitigés donnent envie de lire l'ouvrage incriminé, pour -comme on dit- "se faire son propre avis". Rhalala ! Pas facile la vie de lecteur compulsif toujours à la recherche d'une nouvelle excuse pour lire davantage !

C'est ainsi que, bien qu'ayant connaissance de la réserve de certains concernant les enquêtes de Pénélope et de son cher Wandrille, je me suis à mon tour plongée dans le premier tome de la série, signée Adrien Goetz.

intrigue-a-l-anglaise-adrien-goetz

Mêlant histoires de l'art et criminelle, Intrigue à l'anglaise nous conduit à Bayeux où nous faisons la connaissance de Pénélope, jeune égyptologue, fraîchement diplômée et nouvellement nommée au musée de la Tapisserie, où elle devra seconder la directrice, la délicieuse (aheum) Solange. Such fun ! Démoralisée à l'idée d'un quotidien morne, la Parisienne qui rêvait d'aventures se retrouve bien malgré elle au coeur d'une... Intrigue. Oui, c'est écrit dessus, mes Amis ! Quand Solange se fait tirer dessus, Penny reprend les rênes du lieu Saint. S'ensuit un enchaînement d'événements peu rassurants qui l'amèneront, ainsi que son compagnon, le macho et dilettante Wandrille, à dénouer les fils du mystère entourant la célèbre tapisserie : soixante-dix mètres de tissu, représentant la conquête de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant, auxquels il manque trois mètres. Trois malheureusement célèbres mètres autour desquels spécialistes, passionnés, historiens et illuminés échafaudent mille théories, et Adrien Goetz construit son roman.

Inutile de faire durer le suspense plus longtemps, sachez -mes Chers- qu'après lecture de ce premier tome, je rejoins la Team des Déçus. En effet, je n'ai pas du tout accroché à cette Intrigue, pourtant sympathique et originale par son côté franchouillarde (j'ai aimé me balader dans Bayeux, j'avoue). Pénélope est un chouette personnage, une fille toute simple confrontée d'un coup d'un seul à une histoire qui ne l'est pas, tout en conservant son sens de l'humour, de l'autodérision et son sang froid. Une jeune femme amoureuse, un brin romantique mais avant tout passionnée par l'objet de ses études, brillante, ambitieuse juste ce qu'il faut, jamais agaçante, bien au contraire, on s'en ferait bien une copine avec qui décompresser autour d'un verre de vin entre deux sériosités.

Mais voilà, les Mâles s'en mêlent.

Tout d'abord Wandrille, son compagnon, dont je n'ai pas du tout apprécié le caractère. Il campe, certes, un bon personnage de fiction, du type "celui qu'on adore détester", mais -au bout du compte- sa présence se fait un peu lourdingue et sa prétention lasse. A l'instar d'Adrien Goetz et de son style faussement léger dont il use lorsqu'il ne tente pas de briller par son érudition. Entre les lignes, j'ai décelé un étalage de connaissances -pas toujours très organisé ni très clair- plus qu'une volonté de partager un savoir, de le mettre au service de la narration et du suspense. Le récit tout entier subit ce manque d'humilité, il est assez confus, manque parfois de rythme ou s'accélère de manière surprenante, nous mettant face à des chapitres bâclés qui brassent trop de sujets à la fois. Par ailleurs, l'humour qui domine le ton m'a maintenue en dehors de l'intrigue : impossible d'y adhérer, tout en subissant les petites remarques piquantes des uns et des autres, les blagounettes débiles de Wandrille qui ne font rire que lui. Seul passage à sauver selon moi, le séjour de Pénélope dans les îles anglo-normandes chez le vieux cinglé : là, l'intrigue se joue, le charme opère, le suspense bat son plein et le récit fait sens. Ouf !

Vous l'aurez compris, il est peu probable que je lise la suite, ni même un autre roman de l'auteur. Néanmoins, j'ai très envie de me pencher sur le genre "roman historique tendance policier" et j'en ai d'ailleurs repéré un très tentant : Casanova et la femme sans visage, d'Olivier Barde-Cabuçon. Cela vous dit quelque chose ?

Et vous, mes Chers, à quelle Team appartenez-vous ? Conquis par Penny or not ?

Déçue mais challengeuse : 

L'art dans tous ses états

challenge-PAL