Bonsoir mes Chers !!!

Trois points d'exclamation, oui, oui, rien que ça ! Je suis si heureuse d'être de retour parmi vous après dix jours loin du nid ! Vous m'avez tellement, tellement manqué que je commence ce billet en vous faisant un gros bisou. Voi-là ! Et puis je dois vous remercier d'avoir pris grand soin de cet espace pendant mon absence ; je l'ai retrouvé tout propret, tout douillet, parsemé de gentilles et jolies attentions... Ah, vraiment, mes Chers, vous êtes irremplaçables ! Vos petits mots laissés ça et là ont été lus avec bonheur au quotidien, ils étaient comme de délicates enveloppes parfumées, rassurantes et familières : la blogosphère, vaste univers, mais aussi cocon de poche, que l'on peut emporter partout avec soi et qui vous permet d'avoir toujours un pied à la maison.

Ceci étant, j'ai passé un heureux séjour à Nice, ville pour laquelle j'ai eu un véritable coup de foudre et où je projette déjà de retourner à l'arrière-saison afin de profiter de cette douceur de vivre, si caractéristique du beau Sud. "Luxe, calme et volupté", trois mots qui vont très bien ensemble et donnent une parfaite idée du bien-être que procure Nice, ville si riche culturellement, magnifique aussi, architecture, couleurs, petites rues, linge séchant aux fenêtres : elle a un goût d'Italie. Aussi, fidèle à mes habitudes, j'ai beaucoup déambulé (excessivement, même, certains jours) et j'ai exploré pas moins de huit musées et expositions, dont sept consacrées à Matisse, le roi de la fête niçoise cet été. Bien entendu, je n'ai pas manqué de visiter le musée Chagall, un de mes peintres favoris, avec Klimt, Tamara de Lempicka et Frida.

le paradis

J'ai arpenté la Promenade des Anglais de bon matin (un privilège que j'ai intensément savouré), dégusté du thé à la terrasse de quelque hôtel de luxe, fait du shopping dans le quartier Massena (les soldes sont toujours d'actualité dans le Sud !) et craqué pour de la belle lingerie, mon pêché mignon, admiré le Cours Saleya et son marché, suis repartie avec des savons parfumés.

Mais, mes Amis, nous reparlerons de tout ceci très vite, photographies à l'appui, car j'ai très envie de partager avec vous les splendeurs observées au cours de ces dix jours.

J'ai aussi beaucoup lu, de la littérature jeunesse essentiellement : Tom et le jardin de minuit, L'Eté dramatique de Moumine, Papa-Longues-Jambes (gros coup de coeur), mais également le très recommandé Certaines n'avaient jamais vu la mer ainsi que L'Agence, dont je vous parlerai demain. Je suis depuis hier plongée dans Mma Ramotswe détective, d'Alexander McCall Smith, le premier tome d'une série livresque que je découvre avec bonheur. Heureuse coïncidence, grâce à une amie qui a su ouvrir l'oeil et le bon, je vais me régaler dès demain avec l'adaptation télévisée diffusée toute la semaine sur Arte ! Tous à vos enregistreur mes Chers !

mma-ramotswe-motart

Je ne suis donc absolument pas déçue par mon escapade en bord de mer même si j'ai beaucoup souffert de la chaleur et du bruit. En effet, si mon appartement offrait une vue et une situation merveilleuse -je n'avais qu'à traverser une rue pour sentir la mer chatouiller mes orteils- il y avait sous mes fenêtres un traffic per-ma-nent, sans compter les hurlements des gamins barbottant dans la grande bleue toute la journée. La fatigue m'a, certains jours, clouée sur place, j'étais alors privée de toute énergie, chose que je déteste par-dessus tout.

Après un trajet fort pénible de douze heures -Nice aura été tristement célèbre à deux reprises cette semaine : une tempête matinale redoutable a explosé (phénomène naturel impressionnant lorsqu'on a vue sur la mer) et des retards de train importants ont animé la journée d'hier (heureusement que j'avais Mma Ramotswe et Vous avez un message, dans mon lecteur-DVD, pour me tenir compagnie !), je suis arrivée chez moi à minuit (au lieu de 17h30) et je dois dire que, si je quittais Nice la mort dans l'âme, j'ai passé un dimanche délicieux qui me rend TRèS heureuse d'être finalement @home !

IMG01103-20130731-1614

 

Je me suis félicitée d'avoir changé mes draps avant de quitter Paris : j'ai passé entre leurs bras accueillants une nuit des plus reposantes, silencieuse, fraîche,... Aaaahh ! J'étais en pleine forme ce matin alors que je redoutais les conséquences de ce si long retour. J'ai retrouvé, de fait, un peu d'appétit, ce qui me rassure, et puis un bel entrain : que d'envies, que de projets germent dans ma tête, mes Chers ! Titres de livres, de DVD, de films en salle, multiples expositions, balades, escapades,... se bousculent et j'aime ça ! Je pense à ma PAL d'automne, aux romans hivernaux ou encore américains qui occuperont mes temps libres. Qu'il me tarde, par exemple, d'ouvrir l'autobiographie de Louise Brooks, de suivre mes copinautes dans la lecture d'Amours et autres enchantements, de retrouver les saveurs de la littérature indienne et la plume de Miss Sullivan, avec Les Débutantes

De bon matin, après avoir vidé ma valise et rangé tous mes vêtements (incroyable tout ce qu'on emporte vainement ^^), j'ai réussi à faire une chose dont j'étais incapable avant mon départ : m'asseoir à mon bureau et ranger/ trier/ jeter tout ce qui concerne cette année de Prépa Capès qui aura été nerveusement éreintante. J'ai fait place nette et les cours de stylistique ainsi que le baratin à propos de l'art délicat de bien agir en fonctionnaire de l'Etat sont partis au recyclage, remplacés aussitôt par des publications bien plus passionnantes (le dernier Magazine Littéraire, notamment, et le Beaux-Arts, avec son dossier Quand l'art devient un polar), mes derniers emprunts livresques et autres ouvrages à lire tout prochainement (dont mon petit présent, de moi à moi-même : Impératrices, artistes et cocottes, les femmes sur la Riviera à la Belle Epoque). Une belle pile de DVD m'attend également. J'ai installé quelques cartes postales rétro autour de mon bureau et compte décorer ma chambre dès demain grâce aux quelques reproductions chagalliennes acquises et, pourquoi pas, la belle affiche achetée à l'exposition Jacques Demy (ah ! la belle Catherine Deneuve... Mon inspiration faite femme !).

IMG01172-20130804-1824

J'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver mes produits de beauté, vous imaginez ! Mon gel douche à la madeleine, mon parfum divin (violette, iris de provence, bois de rose du Brésil), mon shampoing (mes cheveux sont tout propres, lisses et doux,... Hummm !). Ce soir : masque hydratant Avène et demain : manucure colorée ! Oh ! Comment ne pas bondir de joie en retrouvant ma sélection de thés en vrac : je ne savais lequel choisir si bien que je ne cesse de remplir de pleines théières de breuvages odorants. Le bonheur était aussi dans la penderie où m'attendaient toutes les tenues achetées, lavées repassées juste avant mon départ. Je me suis glissée dans mon nouveau pantalon vert d'eau que j'ai associé à un t-shirt d'un vert plus soutenu, le tout réchauffé par un pashmina bleu tendre : je me sens bien mieux qu'en robette de plage, croyez-moi ! J'ai aussi choisi, dans le catalogue automne-hiver d'une célèbre marque de linge de maison, ma parure de lit pour la saison prochaine : des sapins, petits châlets et skieurs rigolos : ambiance montagne ! Ce ne sont que des détails mais ils sont de ceux qui changent véritablement la vie. Je désespérais certains jours où je sentais mes forces me quitter alors que je comptais sur ce séjour pour me requinquer ; j'ai vu ma silhouette fondre comme un sorbet, mes jambes étaient parfois trop douloureuses pour que je puisse marcher à ma guise. Dans ces cas-là, le moral en prend un coup. J'ai besoin de me créer un bel univers, douillet, confortable, à ma taille, qui me protège, m'enveloppe et même s'il est bon de prendre l'air (j'ai tiré grands bénéfices de mes vacances, j'ai vécu de très beaux moments, comme cette exquise balade en mer avec Maman), ma chambre et tout ce qui s'y trouve me sont parfaitement indispensables.

Alors, voilà, mes tout Chers, je suis bel et bien de retour et -vous savez quoi ?- je n'ai même pas oublié le chemin qui mène au cinéma ! Héhé ! En effet, dès cet après-midi, nous avons vu le très beau Landes, de François-Xavier Vives, avec la rare et talentueuse Marie Gillain. Au programme ces prochains jours : Gold, de Thomas Arlan, Magnifica Presenza, de Ferzan Ozpetek, Les Chansons populaires, de Nicolas Pereda, mais aussi de prometteuses reprises, Jour de fête, de Jacques Tati ainsi que la trilogie de Bill Douglas. J'ai bien envie de bons gros divertissements qui tachent alors j'ai jeté mon dévolu sur R.I.P.D. Brigade Fantôme, de Robert Schwentke (vive Jeff Bridges !!!) et Insaisissables, de Louis Leterrier.

Avez-vous vu l'un de ces films ?

Dès mercredi, quelques nouveautés viendront s'ajouter : Leones, Imogene et Les Salauds, le dernier film de Clair Denis, que j'attends avec impatience.

Je projette une visite du musée Carnavalet ainsi qu'une déambulation au sein du Louvre. J'irai lire au parc et fureter à la bibliothèque après avoir saluer mes librairies fétiches qui m'ont tant manqué. Deux plis seront rédigés et envoyés à des femmes formidables, quelques courriels et sms aussi : j'ai une chance inouie d'avoir fait, ces dernières semaines, des rencontres féminines si belles... Merci :)

Bien entendu, je dois reprendre ce blogounet en mains (même si un petit flottement peut être à prévoir -j'ai si envie de profiter de Paris désert !-) et, prioritairement, laisser quelques mots sur les vôtres que j'ai lus avec autant d'attention que de sourires, fidèlement, chaque matin, avec mes premières sensations théinées !

Je vous laisse mes Chers, heureuse comme tout de vous avoir retrouvés :))))

A très très très vite !