Bonjour mes Chers :)

J'espère que vous vous portez bien, tels de jolis tournesols gorgés de soleil ! Et oui ! Le bel astre est revenu, du moins, brille-t-il au-dessus de la Capitale, et c'est un vrai bonheur ! Certains diront sans doute qu'il fait trop chaud mais enfin ! On goûte l'été !

Même si les prémices d'un beau mois d'août me mettent en joie, je ne viens pas seulement vous parler du beau temps (pas la pluie, pas la pluie !) mais vous entretenir des quelques joyeusetés historico-plaisantes qui ont occupé mes dernières journées.

Tout d'abord, j'ai ajouté à mon quotidien une charmante habitude : chaque matin, tandis que j'épluche et taille mes fruits et légumes du jour, j'écoute le podcast de l'émission La Marche de l'histoire (diffusée à 20 heures) et qui se consacre cette semaine aux femmes, que dis-je, à LA Femme, autour de thèmes très intéressants tels que La Princesses de Clèves, La Fronde au féminin ou encore Camille Claudel. Ce soir nous attend La mode en mouvement. L'émission dure une petite demi-heure et se déroule autour d'un entretien avec un(e) spécialiste de la question du jour, comme Anne Delbée pour Camille Claudel (qui d'autre ?!). La semaine prochaine, la thématique sera "Les Contes de fées" et seront conviés Cendrillon, le Petit Chaperon Rouge, le Petit Poucet et le terrifiant Barbe-Bleue !

Autre émission, toute petite celle-ci, à peine quatre minutes, mais bigrement chouette : Bienvenue au Moyen Âge, chronique tenue par Michel Zink qui explore cette période dite obscure mais pourtant si éclatante en évoquant la poésie, les jongleurs, le Roi Arthur,... L'enthousiasme et la passion de M. Zink sont tout à fait communicatifs, ses interventions très agréables à écouter, enrichissantes, piquantes, divertissantes : parfaites !

Pendant que j'y suis, tout plein d'autres émissions radiophoniques valent plus d'un détour comme celle de Guillaume Gallienne, dont je vous ai parlé maintes fois, ça ne peut pas faire de mal, dans laquelle le plus charmant des Sociétaire de la Comédie Française nous fait la lecture (l'émission consacrée au thème de la mère est une merveille qui nous fait (re)découvrir des textes de Baudelaire, Simenon, Romain Gary (magnifique Promesse de l'aube), Albert Cohen (émouvant Livre de ma mère), Proust, bien sûr, et l'extrait le plus épique de Vipère au poing, la scène du dîner !), j'aime aussi beaucoup le Tea Time Club (diffusée à 16h, juste après Guillaume Gallienne) qui traite de sujet sociaux très variés, avec une touche de décontraction des plus agréables ; La Vie fait son cinéma est également une jolie trouvaille de quelques minutes qui se propose de répondre à une grande question de nos existences en analysant une scène de film ! C'est vraiment bien fichu !

Il n'y a pas que France Inter dans la vie, il y a aussi France Culture et ses chouettes émissions littéraires telles que Un été de lecture (diffusée à 20h et consacrée ce soir au polar) ainsi que Les bonnes feuilles qui, quotidiennement, à 14h, nous permet de découvrir en avant-première les romans de la rentrée littéraire.

J'ai relevé que l'émission La Grande tablée, du 9 juillet, traite le sujet qui fait la belle couverture du Magazine Littéraire de ce mois-ci : Variation autour du jeu. De quoi parfaire cette lecture déjà bien riche. D'autres sujets m'ont interpellée : La BD mène-t-elle à tout et inversement ? Existe-t-il une frontière culturelle ?

Voilà de quoi bien nous occuper, mes p'tits loups ! D'autant que sur le site de la radio vous trouverez tout plein de podcasts des émissions diffusées au cours de l'été et de l'année comme Des Papous dans la tête et ses jeux littéraires qui me font toujours bien marrer, Le temps buissonier, consacrée à la culture jeunesse, Du côté de chez soi, qui invite sociologues, philosophes, psychologues,... à réflechir ensemble autour de questions qui concernent notre bien-être moral, spirituel, intime,... : Comment le ciné peut changer nos vies ? La paresse empêche-t-elle la construction de soi ?, Se réaliser,...

Mais comme qui peut le plus... peut le plus, mon intérêt pour l'histoire ne s'est pas limité à l'écoute de la radio. Non, non, non ! 

Grâce à un billet de ma copinaute Fondant qui recevait dernièrement dans son accueillant refuge l'auteure Annie Pietri, j'ai eu envie de visionner l'intégrale Angélique, acquise il y a plusieurs mois. Quelle bonne idée Fondant m'a soufflée là !

Aussitôt le premier volet terminé, j'ai sauté sur le deuxième qui m'a encore plus enthousiasmée ! Quant à cette fin... Mon Dieu !! Comment ne pas dégainer le troisième film dans la foulée ?! Impossible ! Et je l'ai encore plus a-do-ré que les deux précédents ! 

Idiotement, pleine de préjugés (tels que ceux que je nourrissais à propos d'Autant en emporte le vent ou encore la saga Sissi, qui m'ont passionnée), je pensais qu'Angélique était une série de films à l'eau de rose, avec autant de beaux atours que de larmes. N'importe quoi ! Je marchais totalement à côté de mes Tropéziennes (oui, j'ai acquis ma toute première paire le week-end dernier ^^). Angélique a tout pour me combler, à commencer par son cadre historique : Louis XIV ! La cour de Versailles ! Youhou ! Mais aussi l'intrigue elle-même, les personnages, à commencer par Angélique dont l'aplomb, le courage, la sincérité m'étonnent à chaque nouvelle aventure. Son amour pour son Joffrey n'a rien de mièvre, il est pur, et lui donne la force de déplacer des montagnes, à elle qui a déjà un tempérament de feu, une volonté de fer ! Je suis également sous le charme de l'avocat François Desgrez et du nain, Barcarole, ami fidèle. J'ai adoré séjourner à la Cour des Miracles, siroter un chocolat chaud -la boisson préférée de la Reine !- dans le joli salon de thé d'Angélique, mais encore bien davantage découvrir les secrets de l'alchimiste, Savary, avec qui Angélique part pour de nouvelles péripéties à la fin d'Angélique et le Roy. Ah ! Et puis quelle jubilation de cotoyer la Montespan, cette perfide vipère amatrice de sorcellerie, aux côtés de la terrible La Voisin, au coeur d'ailleurs de plusieurs romans d'Annie Pietri (dont les séries Les Orangers de Versailles et Les Miroirs du Palais).

J'ai fait une petite pause dans mon marathon afin de ne pas épuiser cette source de grand bonheur cinématographique trop vite ! Car il s'agit bel et bien de cinéma, du vrai, du grand, qui divertit comme il enrichit. La mise en scène est virevoltante et millimétrée quant aux dialogues, ils sont un régal pour qui aime entendre notre langue dans ses plus belles tournures. C'est tellement bon d'entendre un langage si soigné. Ai-je besoin de préciser, qu'en outre, Michelle Mercier est une Reine de Beauté ? L'impertinence de BB et la douceur de Romy. Je suis conquise !

Merci mille fois aux copinautes qui m'ouvrent de grandes fenêtres sur des mondes ignorés qui me procurent tant de joie.

IMG-20140723-00582

J'ai profité de cette excursion dans ma DVDthèque pour mettre sur le devant de la scène d'autres pépites historiques à voir et à revoir. A la recherche de beau et de doux, j'ai visionné hier Les Adieux à la Reine, que je n'avais pas revu depuis sa sortie ciné. Ce film est intense, épique, tout en étant délicat et intimiste. Une véritable performance. J'aime sincèrement Sidonie Laborde, lectrice de la Reine Marie-Antoinette, et brodeuse hors-pair, d'autant qu'elle est incarnée par Léa Seydoux, une actrice qui m'impressionne vivement, elle semble si obstinée et humble, sensible et forte. La reprise depuis hier soir de ma lecture de la série Les Colombes du Roi Soleil sera l'occasion idéale de passer encore plus de temps à Versailles et un Saint-Cyr. Et pour retrouver la compagnie de Marie-Antoinette, mon film favori de Demy, Lady Oscar !

IMG-20140723-00583

Deux beaux albums empruntés, dont Charly 9, adaptation bédéesque du roman de Jean Teulé, dont j'avais adoré Le Montespan (je vous en parle bientôt).

IMG-20140723-00584

Ma dernière lecture, Carla aux mains d'or, et les prochaines, dont le troisième et dernier volet de la séries Les Miroirs du Palais, d'Annie Pietri (je vous avais parlé des deux premiers tomes, que j'avais adorés). Je suis pour l'heure plongée dans le onzième volume des Colombes qui est vraiment très bon, le personnage de Jeanne étant très attachant, son histoire très prenante et sa passion pour les plantes et les parfums, forcément, me ravit.

IMG-20140723-00585

Enfin, deux récentes acquisitions. Le dernier roman de Christine Orban m'a tout de suite interpellée lors de sa sortie puisqu'il met en mots Joséphine, mon Impératrice de coeur.

Mon second achat est une vraie, bonne et grande surprise ! Stéphane Bern, dont l'émission Secrets d'Histoire me passionne chaque semaine, est aux commandes de deux nouvelles revues. La première m'a tout d'abord attirée par sa couverture illustrée par... Angélique en compagnie de Savary pour un numéro consacré aux alchimistes ! Quelle coïncidence ! Mais un feuilletage rapide m'a vite fait déchanter tant la revue est de mauvaise facture, sur tous les plans, de la qualité du papier au contenu des dossiers.

Un peu déçue, j'ai vite retrouvé le sourire lorsque je suis tombée sur le second magazine qui, lui, est bien plus soigné. Le dossier principal est, évidemment, très attirant, d'autant qu'il complète les émissions télévisées consacrées aux Courtisanes, diffusées au fil de l'été. Mais le sommaire dans son intégralité s'engage à nous instruire agréablement : La Route de la soie, le jour où Pompéi fut dévasté, le téléphone dans les années 1900, Il était une fois le Petit Chaperon Rouge, Fiction ou réalité dans le film historique Ridicule, les feux d'artifice, de la cour à la rue,... Une belle valse d'intitulé qui ne se contentent pas d'"avoir l'air". 

IMG-20140723-00586

J'espère que ce petit florilège historico-jubilatoire vous aura plu et permis de faire votre marché pour rendre votre été encore meilleur ! Le mien sera complété dès la semaine prochaine par quelques expositions qui me font de l'oeil, notamment celles dédiées à Cléopatre et à l'Orient-Express, deux mythes installés à la Pinacothèque et à l'Institut du Monde Arabe. J'irai également au Louvre, où viennent d'ouvrir de nouvelles salles au département des Objets, présentant l'art de vivre à la française, de Louis XIV à Louis XVI. Clic Clic !

A tout bientôt mes Chers :)